UMR 5138

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire ArAr

Archéologie et Archéométrie

Image oiseau MOM

[page de base] Abbaye de Sixt

Abbaye de Sixt (Haute-Savoie)

Fouilles programmées 2015-2017

Partenaires

  • Université Lumière Lyon2
  • Laboatoire AAr. Archéologie et archéométrie
  • Ministère de la culture (SRA Auvergne-Rhône-Alpes)
  • Conseil Départemental de la Haute-Savoie
  • Commune de Sixt

Composition de l’équipe

  • Direction : Sidonie Bochaton (Doctorante Lyon 2, ArAr)
  • Équipe de fouille : A. Gaillard (anthropologue), A. Letailleur (chercheur associé au laboratoire ArAr), et des archéologues bénévoles
  • Participation de : Amélie Quiquerez (Université de Bourgogne, Artéhis)

Présentation

Après avoir bénéficié de plusieurs études archéologiques commanditées par le Conseil Départemental de la Haute-Savoie, propriétaire depuis 2000 de l’aile sud du carré claustral, le site de l’ancienne abbaye augustinienne de chanoines réguliers de Sixt fait l’objet de recherches historiques et archéologiques dans le cadre d’une thèse consacrée aux abbayes augustiniennes de l’ancien diocèse de Genève (dir. A. Baud). Ces opérations préventives avaient concerné la charpente du « logis », les façades extérieures, ainsi que le cloître et l’aile occidentale disparue.

Depuis 2015, ce sont les abords de l’église abbatiale, propriété de la commune de Sixt, qui sont fouillés. Un premier sondage a permis de mettre au jour les fondations de l’ancienne chapelle Saint-Jacques, fondée dans la seconde moitié du XVe siècle, qui fut par la suite transformée en dépôt d’archives et qui abrite aujourd’hui la sacristie. Cette opération a également été l’occasion de mener une étude anthropologique et ethnologique sur le cimetière contemporain (1870-1930). En 2016, trois sondages ont été implantés entre l’église et le « logis », ancienne aile sud du carré claustral. Ces derniers ont permis de mettre à jour l’angle nord-est du cloître moderne, ainsi que l’aile orientale où a été identifiée la salle capitulaire.

La fouille 2017 est prévue sur la parcelle appartenant au département qui a été prospectée magnétiquement au cours de l’été 2016. Des structures bâties ont été identifiées, mais rien ne permet à ce jour de proposer une identification.

 

Logo CNRS